L’Australie en 4×4

Quelques jours après mon arrivée en Australie je me suis mis en recherche d’une voiture pour pouvoir traverser l’Australie. Depuis le début je sais que je souhaite un 4×4 (qu’on appelle ici un 4WD) dans le but de pouvoir aller sur tous les types de routes (désert, plage, routes abimées…). L’autre avantage du 4×4 c’est de pouvoir y ajouter une tente sur le toit (roof top tent), c’est assez populaire ici. On croise régulièrement des voyageurs avec ce type d’hébergement, mais j’y reviendrais par la suite.

Moi qui ai retardé au maximum le passage du permis de conduire en France (j’ai le permis depuis Août 2018 et avec très peu de conduite car je n’ai presque jamais reconduit après) bref me voilà dans une belle situation à devoir en Australie :

  • Conduire à gauche (le pays est rattaché au Royaume-Uni)
  • Acheter une voiture (alors que j’y connais rien)
  • M’occuper de toute la paperasse (et c’est assez complexe car chaque état australien a ses propres règles)
  • Equiper le 4×4 pour prendre la route !

Bref un beau chantier s’annonçait devant moi !

Etape 1 : Savoir conduire à gauche

Dès le début je savais que pour éviter tout problème la meilleure option était de prendre des cours de conduite pour connaître toutes les spécificités de la conduite en Australie.

Je suis donc parti à la recherche d’une auto-école pour 1h ou 2h de conduite à gauche. La première difficulté a été de trouver une auto-école en ville… ça n’existe pas ! Dans mon quartier les adresses des auto-écoles donnent directement au domicile du moniteur. Il semble qu’ici il s’agisse d’avantage d’indépendants que de structures comme celles qu’on connaisse en France. Je prends contacte avec l’un d’entre eux, et le lendemain me voilà au volant de la plus grosse voiture que j’ai jamais conduit (une Kia Cerrato Sport voir photo), en transmission automatique et conduite à gauche. Le moniteur me dit d’entrée : « La voiture est toute neuve, tu verras les commandes sont très sensibles » Il ne mentait pas, à peine tu accélères la voiture est lancée et elle freine bien !

Auto école en Australie avec Kia

Au final la conduite à gauche c’est assez facile, les routes sont super larges donc même une grosse voiture c’est facile à manoeuvrer. Je suis tombé amoureux de la boite automatique, après les 2h de conduite dans Sydney du nord au sud c’est décidé ma voiture en Australie sera une boite automatique !

Etape 2 : Acheter une voiture

J’ai écumé les petites annonces sur les sites comme Gumtree.com.au et Caresales.com.au pour dénicher ma future voiture. Je crois bien que j’ai passé 2-3 jours entiers sur ces sites pour ne pas passer à côté de la bonne affaire, il faut dire que Sydney c’est grand et le nombre de véhicules en vente est assez important. J’ai ensuite demandé des avis extérieurs aux amis et à la famille. Mon budget est assez restreint 5000$ Australien au maximum, alors pour ce prix la voiture aura 15 ans environ, mais dans le parc automobile australien composé de 4×4 en grande partie on a du mal à donner un âge aux voitures alors jeune ou vieille on ne voit pas souvent la différence.

Je me décide sur des modèles qui me plaisent bien et je contacte des vendeurs.

La première visite est assez spéciale. Les photos du TOYOTA RAV4 sur le site de petites annonces étaient superbes avec photos de la voiture sur la plage, voiture bien lustrée, etc. Au final, je découvre une sorte d’épave sur le parking où le vendeur m’a donné rendez-vous. Un coté est complètement enfoncé, les fils sous les commandes centrales sont apparents car il manque les caches en plastique au niveau des pieds, le plastique au-dessus d’une des roues tient avec du gros scotch et le vendeur me dit qu’il a eu l’accroche le matin même. Bien que le prix de 3500$ soit bien inférieur mon budget, hors de question d’acheter ça.

La seconde visite se passe bien mieux, la voiture appartient à 2 filles qui viennent de voyager pendant 3 mois en Australie, la voiture est bien équipée et fidèle à l’annonce. Par contre, il consomme beaucoup, et je ne suis pas sous le charme de la voiture, il manque un truc.

La 3ème visite sera la bonne, j’ai rendez-vous avec un australien pour me montrer son Honda CR-V de 2003. Grise métallisée, la voiture est vraiment propre, agréable à conduire elle n’a que 211.000 km (c’est assez peu pour ce type de modèle), elle possède une table de camping incluse dans le plancher du coffre et j’ai réussi à négocier à 4000$ (environ 2600€) au lieu de 4200$ car un pneu arrière me semble assez usé. Le vendeur semble honnête, alors pas moins de 30 minutes après la visite je décide de recontacter le vendeur pour bloquer la voiture. Et c’est 5 jours plus tard (le temps que l’argent arrive de France) que j’ai été propriétaire du Honda CR-V !

Etape 3 : La paperasse

Je ne vais pas trop entrer dans les détails, mais en Australie pour avoir le droit de rouler il faut enregistrer la voiture auprès du service des routes. L’enregistrement est à renouveler tous les ans et cela à un coût qui diffère grandement d’un état à l’autre.

Quand on achète une voiture qui n’est pas neuve il faut faire attention dans quel état australien la voiture est immatriculée car il faut faire un transfert de propriété sous 15 jours et il faut le faire en allant dans l’état en question (il n’est pas toujours possible de le faire via Internet). Bref, étant donné les distances il vaut mieux ne pas acheter une voiture d’un état situé à l’autre bout du pays !

Puis, pour me rassurer j’ai opté pour une assurance la plus complète possible appelée ici une Comprehensive Insurance.

J’ai enfin opté pour une Assistance Auto en cas de panne sur la route, je peux me faire dépanner facilement en appelant un seul numéro. En espérant ne jamais en avoir besoin…

Pourquoi choisir un 4x4 pour voyager en Australie

Etape 4 : Equiper la voiture

Je voulais depuis le début une voiture avec une tente sur le toit, j’avais vu ça sur des blogs de voyageurs et j’ai trouvé ça très pratique pour éviter tous les animaux au sol de type serpent. D’après les dires de ces voyageurs c’est plutôt facile à monter et démonter, plus confortable qu’une tente classique et ça peut s’utiliser un peu partout.

Dès le lendemain de l’achat de du Honda CR-V je suis allé acheter ma tente repérée de longue date chez 4WD SUPRACENTER qui a ensuite été installée avec l’aide d’un français rencontré sur Sydney.

Grâce à lui, j’ai pu voir qu’il était aussi possible d’installer un frigo dans le 4×4 en utilisant une seconde batterie. Après avoir acheté tout l’équipement nécessaire, j’ai préféré aller voir des professionnels pour faire l’installation électrique de la batterie et maintenant je peux profiter d’un petit jus de fruit frais le matin, conserver de la viande et des légumes facilement malgré la chaleur australienne !


J’ai ensuite acheté tout le matériel pour camper : Vaisselle, chaise, boites de rangement, douche solaire, bruleur à gaz, lampes, couette, oreiller, casserole… Et pour acheter tout ça le paradis c’est K-MART un magasin où on trouve tout pour pas cher, c’est simple tous les campeurs que j’ai croisés ont pratiquement tous les mêmes produits qui viennent de ce magasin. Je vais militer pour que K-Mart arrive en France tellement j’adore ce magasin.


Le dernier élément a été la création d’une structure intérieure dans le coffre pour éviter que toutes mes affaires ne bougent à droite à gauche dans tous les virages. Cette étape a été une vraie galère, il faut dire que je n’ai jamais construit de meubles de A à Z, je ne fais que monter des meubles IKEA. Je me suis rendu dans un magasin de bricolage pour acheter des planches en bois, des vis et tout le matériel pour créer la structure intérieure. Après avoir construit une première version, directement sur le parking du magasin, qui ne rentrait pas dans la voiture j’ai dû tout démonter et la remonter directement dans la voiture. Après 2 heures de travail cette première version ne me semblait pas très solide… Au premier virage, les pieds de la structure ont lâché et j’ai du recommencer !

La structure finale m’aura demandé 1h de travail supplémentaire mais celle-ci est bien plus solide avec des pieds bien épais, des vis plus longues et une structure bien fixée de tous les côtés dans la voiture. Ca fait 10 jours que c’est debout et ça semble solide cette fois et pour longtemps ! Croisons les doigts….

Bref me voilà bien équipé avec ma tente sur le toit, mon frigo branché à la batterie secondaire, tout mon bric-à-brac et la structure intérieure pour ranger toutes les affaires.

En 15 jours j’ai déjà parcouru plus de 2000 km, et je suis plutôt content je n’ai pas eu de mauvaises surprises depuis le début du voyage. J’ai croisé d’autres voyageurs moins chanceux qui 48h après l’achat se sont rendu compte que le réservoir d’essence est percé… La voiture consommait étrangement beaucoup plus que prévu !

4x4 avec Roof Top Tent

Arrivée en Australie

Après 9 mois de préparation, je me suis envolé pour Australie le 25 décembre 2018, sans réelles craintes, je suis plutôt habitué à voyager seul à l’étranger et à me débrouiller.

Le vol avec la compagnie chinoise Hainan Airlines s’est plutôt bien passé. Dans le détail, j’ai eu un premier vol de 10h au départ de Paris, ce vol m’a conduit à Xian une très grosse ville en Chine, je suis resté dans le pays pour un transit de 10h30. Il faisait très froid, environ 4°C, donc impossible de quitter l’aéroport je n’avais pas les habits adéquats. Alors tant pis, j’ai poireauté dans l’aéroport entre les boutiques high-tech et les restos…

Quelques heures plus tard, après que la douane chinoise me demande de vider toute ma valise car j’avais un briquet glissé dans mon bagage, j’ai quitté la Chine pour de nouveau 10h d’avion direction Sydney. Pas de problèmes durant ce second vol rempli à 95% de chinois, mais malgré tout j’aurais préféré ne pas assister au spectacle des chinois de l’avion qui crachent après le repas (heureusement pas par terre mais dans le sac à vomit). Aussi, on aurait pu éviter de nous donner au petit déjeuner les nouilles chinoises au poulet qu’on avait déjà eu quelques heures plus tôt au diner… 🙁

Après 30h de voyage, je suis donc arrivé en Australie le 27 décembre en tout début de matinée, frais comme un gardon car j’avais bien dormi dans l’avion !

Dès les premiers jours je rentre directement dans l’ambiance avec des températures records en Australie avec des villes qui enregistrent jusqu’à 49,5°C. A Sydney il ne fait pas si chaud, mais on atteint quand même 39°C. 48h après mon arrivée en Australie j’ai déjà des coups de soleil, de toutes évidences ma crème Indice 30 n’est pas assez efficace, je passe directement à Indice 50 histoire de se protéger des rayons nocifs du soleil australien. Durant les 3 premières semaines à Sydney je me suis tellement tartiné d e crèmes toutes les 2-3 heures que j‘ai utilisé 2,5 tubes de crèmes solaires ! J’avais pas prévu le budget crème solaire mais il va falloir que j’y pense car ca va revenir cher à l’année et ça à l’air de taper fort durant l’été australien. Tous les jours je reçoit une alerte Google pour m’informer d’indice UV extrême !

Mon premier logement se trouve à Vaucluse, un suburb à l’est de la ville avec une superbe vue sur l’océan pacifique depuis la fenêtre, il faut dire que l’océan est à moins de 100m. C’est un quartier très sympa avec de superbes maisons, de nombreuses plages, de belles falaises… Que demander de plus ? Ce qu’il y a en plus se sont les cafards, très nombreux dans toute la ville, on en croise vraiment beaucoup le soir venu dans les rues de Vaucluse. Le pire c’est qu’il y en a aussi dans les maisons. 3 jours après mon arrivée en Australie je découvre un cafard en train de grimper sur mon lit. La nuit n’a pas été ultra calme, au moindre bruit j’avais l’impressions que les cafards envahissaient la chambre. De plus, mon hôte Airbnb ne souhaitait pas tuer les cafards mais juste les remettre dans la nature en les jetant par la fenêtres… C’est son choix mais j’ai préféré m’équiper d’une bombe insecticide ! Heureusement (ou pas) avec le temps on s’habitue à ces petites bêtes, on vit avec et elles font maintenant partie du paysage.

Depuis mon arrivée, j’ai croisé quelques animaux peu communs en France, comme de gros oiseaux blanc à tête noire avec un très long bec. Il y en a beaucoup, c’est un peu le pigeon australien. Les iguanes, j’en ai croisé dans un parc de Sydney ainsi que sur une plage de la ville. Enfin, les méduses sont très nombreuses la plus courante en ce moment sur les plages de Sydney se sont les Bluebottles, de petites méduses avec une poche d’air de couleur bleu qui fait très mal si elle pique avec ses filaments.

Au cours des premiers jours je m’occupe des démarches administratives indispensables pour vivre quelques mois en Australie sereinement et en être débarrasser pour la suite

Les démarches administratives indispensables :

  • Créer un compte bancaire. Je suis chez Commonwhealth Bank et il faut avouer qu’elle propose des services que les banques françaises devraient avoir aussi comme le fait de pouvoir retirer de l’argent au distributeur même si je n’ai pas ma carte sur moi grâce à l’application mobile, le fait de pouvoir suivre en direct les transactions faites avec ma carte bancaire et pas 3 jours après comme en France…
  • Demander un Tax File Number (TFN) pour pouvoir être enregistrer auprès des impôts si je travaille dans le pays
  • Obtenir un numéro de téléphone australien. C’est là qu’on se rend compte que c’est vraiment pas cher les forfaits mobiles en France.

Alors oui Sydney c’est très bien, mais il y a aussi quelques détails qui frappent en arrivant alors voici mon top des points négatifs de la ville et de l’Australie en général.

Les points négatifs de Sydney :

  • Pas de forfait illimité pour les transports comme à Paris avec Navigo, à Sydney tu dois payer tous les trajets avec une carte prépayée. Selon l’heure et le jours le tarif du trajet varie alors il faut toujours faire attention à avoir du crédit.
  • Beaucoup de publicités. Dans le métro par exemple il y a des écrans géants avec le son qui remplacent les affichent, du coup la pub est vite soulante surtout quand tu attends un train 5 minutes et que tu vois 3 fois la même bande annonce de film.
  • Beaucoup trop de français… Qui se la racontent souvent alors vivement que j’ailles plus dans les terres pour espérer en trouver moins.
  • Ça grimpe beaucoup beaucoup beaucoup. Ça ressemble vraiment à San Francisco dans certains quartiers et parfois les rues sont vraiment dures à monter surtout avec un gros sac à dos.
  • Les magasins ferment tôt. Beaucoup de magasins ferment entre 17h et 18h. Les restaurants sont aussi décalés par rapports aux habitudes françaises. On commence à manger à 18h00 et beaucoup de resto sont fermés à 21h30.

A très vite pour la suite de mon périple…