LE CARNET DE VOYAGE

Ça se passe comme ça en Australie #2

Guillaume LORAIN

Guillaume LORAIN

Voici la suite de l’article Ca se passe comme ça en Australie #1 où je me suis amusé à lister quelques spécificités de l’Australie dans tous les domaines. Au cours des dernières semaines, j’ai pu observer quelques nouveaux éléments que je partage avec vous aujourd’hui.

Pistes cyclables sur les grandes routes

A plusieurs reprises j’ai été surpris de voir que sur de grandes routes il y avait une piste cyclable. Même dans les grandes artères à 2×4 voies à l’entrée ou la sortie des grandes villes, il y a parfois une voie supplémentaire pour les vélos. C’est certainement bien plus sécurisant pour les vélos, mais c’est très étrange de rouler à 110km/h sur une highway et et voir un mec sur son petit vélo qui roule à côté de toi.

La musique à la banque

Les banques en Australie sont assez similaires à celles qu’on trouve en France, à un détail près c’est qu’elles diffusent la radio avec chansons dans le hall d’entrée. On reconnait bien là le côté « cool » de l’australie où on essaye de rendre les choses le moins austère possible !

Les mouches et les fourmis

J’ai publié sur ce site pas mal de photos d’animaux vus en australie avec notamment des kangourous, des koalas, des reptiles… On n’avait prévenu avant de venir qu’il y avait des animaux dangereux comme les araignées, les serpents, les crocodiles… Mais curieusement on ne m’avait pas précisé que l’enfer en Australie c’est les mouches et les fourmis ! Je ne blague pas, c’est un vrai enfer…

Les mouches et les fourmis sont là tous les jours et savent bien jouer avec les nerfs. Les mouches attaquent par groupe et ne lâchent plus (il y en a actuellement qui me tournent autour quand j‘écris ces lignes), elles viennent dans l’oreille, dans les narines, entre l’oeil et les lunettes… Les fourmis, elles, vous mordent car les espèces locales sont bien plus grosses que celles en hexagone jusqu’à 4cm et très voraces.

Regardez les jolies pinces d’une fourmi (espèce Myrmecia) que j’ai photographié au cours de mon voyage… Vous comprenez pourquoi il faut les éviter en Australie :

Les pharmacies

Je connais bien le sujet pour avoir travaillé chez PARASHOP, les pharmacies en Australie sont très différentes de nos pharmacies françaises. Ici c’est ambiance promos et couleurs flashies dans le magasin façon Foir’fouille ! Elles sont assez proches du modèle américain, où pratiquement tout est en libre service comme dans une parapharmacie, et avec un petit comptoir tout au fond du magasin pour donner son ordonnance.

Unsealed road

C’est un mot qui ne fait pas peur aux australiens mais à tous les étrangers : les « Unsealed road » ! En français, cela signifie les routes non goudronnées, généralement en terre rouge ou blanche, les unsealed road ont la fâcheuse habitude de ne pas être plates et d’avoir des sortes vagues qui rend la conduite sur ces routes assez chaotiques. Ces routes ont des ondulations répétées (washboard road) qui se produisent quand le sol est sec avec un trafic répété par l’action des vibrations des amortisseurs et du vent.

Les australiens roulent sur les routes non goudronnées aussi vite que sur les routes classiques alors que les étrangers (et moi aussi) roulent très lentement pour éviter de ressentir les bosses et les énormes tremblements.

En australie, les grands axes sont goudronnés mais beaucoup de routes secondaires ne le sont pas et parfois en plein milieu de la route elle devient non goudronnée sans aucune indication au préalable, c’est comme ça ici c’est très courant de tomber sur ce genre de routes.

Les barbecues dans les parcs

Les australiens sont de vrais amateurs de barbecues à tel point que dans pratiquement tous les parcs des villes on y trouve des barbecues. Mais attention, pas un barbecue au feu de bois comme on peut avoir en France où il faut apporter son charbon, en Australie il y a partout des barbecues électriques façon plancha. C’est vraiment très pratique et je n’ai jamais vu ça dans un autre pays !

Les aborigènes

Malheureusement, les seules fois où j’ai croisé des « aborigènes » pour le moment, il s’agit de clochards très alcoolisés qui trainent dans les parcs.

Il y a aujourd’hui en Australie 750.000 descendants d’aborigènes soit 3% de la population. Le taux de mortalité des aborigènes entre 35 et 50 ans est 8x plus élevé que le reste de la population, l’alcool étant la principale cause de mortalité. Certaines villes instaurent des « Dry zones » dans tous les espaces publics, la consommation d’alcool y est totalement interdite !

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Laisser un commentaire

Shopping Basket